jeudi 28 janvier 2016

"La mort est une femme comme les autres" de Marie Pavlenko

La mort est une femme comme les autres

Auteur : Marie Pavlenko



Résumé :

Imaginez un monde où personne ne s’éteint.
Imaginez un service de soins palliatifs où personne ne succombe.
Imaginez un univers où la mort en a ras la faux et fait un burn out.
Emm n’en peut plus. Un matin, elle s’arrête et s’assoit. Ses bras sont de plomb, elle pèse une tonne, elle est incapable de se lever.
En se laissant aller à son spleen, elle rencontre Suzie, une jeune femme dont la gentillesse va l’émouvoir.
Commence alors un périple extraordinaire au cours duquel Emm va découvrir la richesse de la nature humaine.




Avis :

Emm s’ennuie mortellement, situation improbable pour la Faucheuse, toujours accompagnée de sa Faux insolente !
Au même instant, au service palliatif, le docteur Anatole Paladru affronte la foudre des proches de ses patients qui refusent de trépasser.
Dans ce centre hospitalier, Suzie Fleurot apprend par le médecin Zouda son décès imminent…

Mais que se passe-t-il sur Terre pour que plus personne ne disparaisse ? Est-il possible de redonner le goût de la vie à la Mort ? Quelles en seront les conséquences sur l’humanité ?

Nous assistons à des scènes de ménage mémorables entre Emm et son inséparable amie douée de parole, car durant sa mélancolie, qualifiée de burn-out par un psychologue, Emm se morfond et n’a plus le cœur à l’ouvrage, ce qui met sa partenaire au chômage technique…
Humains, dormez tranquillement sur vos deux oreilles, plus aucune exécution n’aura lieu, vous n’êtes pas prêts de finir entre quatre planches !
D’où des moribonds increvables, des cadavres en putréfactions, des personnes cliniquement mortes arpentent les alentours de l’hôpital pour être traités, guéris voire raccommodés.
Partout dans le monde, le chaos règne en maître absolu. Par peur de n’avoir accès aux dernières denrées (Yeah, poussez-vous les crapouilleux, je veux mon sucre !), les gens se comportent en barbares (Pas de quartier ! Quoi ?! Suis à fond là !), tous pour un et chacun pour soi ! L’intervention de l’armée accroît les rangs des macchabées râleurs et vindicatifs ! (Non non, je n’en fais pas partie, certainement des "Fred".)
Malgré cette incontrôlable décadence, le corps médical tente d’accomplir leurs tâches respectives, sans se faire zigouiller par un zombie mécontent de son sort…

Pendant que la population subit l’apocalypse, en scandant au complot politique et aux attaques bactériennes, Emm contemple, s’habitue et apprécie nos mœurs et nos coutumes par le biais de Suzie, la première à lui avoir accordé son temps sans rien demander en retour. Anatole, harcelé par les malades et surtout sa mère envahissante, se joindra à ce duo assez particulier, et y découvrira le véritable amour.
Trois personnages qui se croisent, s’apprivoisent, s’attachent et nous font rire !

Marie Pavlenko enchaîne harmonieusement des situations cocasses agrémentées de joutes verbales hilarantes, humour noir garanti, mais elle instaure aussi une réflexion sur nos conditions, nos phobies, nos ressources naturelles… et une certaine philosophie sur notre passage temporaire dans cet univers, la nécessité de mourir, afin de laisser la place aux suivants.
Elle soulève également les soucis rencontrés par les familles endeuillées, le rôle primordial de l’équipe soignante pour accompagner cette fin (douloureuse, joyeuse ou libératrice), l’injustice des maladies irréversibles qui frappent au hasard, le choix de qui part en premier…
Au vu de l’histoire, je me demande si cet auteur n’a pas un léger grain de folie ou signer un pacte avec qui vous savez (mais si, la grande dame en noir avec un ustensile tranchant), en tout cas si je la croise sur un salon littéraire, je prendrai un peu mes distances (aucune envie qu’elle me coupe la tête !)

J’ai passé un superbe moment de détente, le seul bémol à mes yeux, ce livre est trop court.

Profitez de la grève mortuaire pour vous taper un bon gueuleton en compagnie de la Faucheuse, à consommer avec précaution, elle peut être légèrement susceptible, un accident de guillotine est si vite arrivé !

Satrape


Editions : Pygmalion
Date de parution : 07/10/2015
Pages : 192
Prix : 16 euros
ISBN : 978- 2756417769

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire