samedi 7 mars 2015

American Sniper de Clint Eastwood


 American Sniper

Réalisateur :

Résumé :

 Tireur d'élite des Navy SEAL, Chris Kyle est envoyé en Irak dans un seul but : protéger ses camarades. Sa précision chirurgicale sauve d'innombrables vies humaines sur le champ de bataille et, tandis que les récits de ses exploits se multiplient, il décroche le surnom de "La Légende". Cependant, sa réputation se propage au-delà des lignes ennemies, si bien que sa tête est mise à prix et qu'il devient une cible privilégiée des insurgés. Malgré le danger, et l'angoisse dans laquelle vit sa famille, Chris participe à quatre batailles décisives parmi les plus terribles de la guerre en Irak, s'imposant ainsi comme l'incarnation vivante de la devise des SEAL : "Pas de quartier !" Mais en rentrant au pays, Chris prend conscience qu'il ne parvient pas à retrouver une vie normale.





American sniper commence comme sa bande annonce. Bradley Cooper couché sur un toit, l'oeil dans le viseur, pointé sur un gamin avec une grenade à la main. Mais avant de connaitre la suite, il faut savoir comment on en est arrivé là.

Nous sommes invités alors à comprendre l'histoire de Chris Kyle, cow-boy du Texas avec peu d'avenir. Il a une révélation et Chris décide qu'il peut être utile à son pays. Embarquement pour les Navy seals et départ pour la guerre « post nine-eleven » après son mariage.

La pression de cette première scène, elle ne vous quittera jamais durant 2 h 00. Dans les séquences au front ou dans celles de la maison familiale, Clint Eastwood passe un message : la guerre n'est jamais loin. Lorsqu'un homme a choisi de se consacrer à sa nation, il préfère retourner là-bas, il n'est pas mieux chez lui, le mal le suit partout.

Ce réalisateur n'est pas dans mes favoris. Je trouve sa caméra banale, sans saveur, sans rythme. Mais cette « normalité » permet de se rapprocher au maximum de la réalité, de vivre avec ces soldats la peur, le poids de chaque jour, où le temps est extensible, 20 minutes sous les balles étant aussi longues que 3 semaines d'attente au campement, mais 9 mois au front sont moins longs qu'une permission auprès de sa femme.

Chris Kyle a été tué sur son propre territoire, dans son Texas natal, par un homme servant la même cause. A la suite d'un écran noir, vous sortirez de la salle sur un générique dépourvu de son, décision osée et puissante.

 Le patriotisme américain est impossible à blâmer, l'amour de son pays est beau et respectable. Toutefois, se rendre compte que des cols blancs parviennent  à convaincre des jeunes à peine pubères et des pères de famille à aller au front me révolte encore plus avec ce genre de film. Néanmoins nous avons besoin d'actions culturelles de ce type pour espérer un jour faire bouger les choses, que la majorité dise non, nous n'irons pas là-bas pour vos intérêts. Nos fils, nos maris, nos frères ne combattront pas pour d'autres Raisons que la véritable défense de la liberté.


Je suis navré si cette chronique a pris des allures d'avis politiques et de contestation virtuelle, caché derrière mon écran. Toutefois lorsque l'on sort d'un long métrage tel American Sniper, le gamin dans le viseur du tireur, c'est un peu nous…




DURÉE: 2H12
À PARTIR DE : 16 ANS
DISTRIBUTEUR : WARNER BROS
DATE DE SORTIE : 11 FÉVRIER 2014


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire