samedi 14 juin 2014

"De la rage dans mon cartable" de Noémya Grohan

"De la rage dans mon cartable"

Auteur : Noémya Grohan


Résumé :
Quand une expérience de vie traumatisante se transforme en devoir de témoigner et de s'engager. Chaque année en France, un enfant sur dix est victime de harcèlement au collège (chiffres officiels site Agir contre le harcèlement à l’École). Durant ses années de collège, Noémya a subi tout ce qui fait le quotidien des élèves harcelés : les brimades régulières, l’isolement systématique, le poids de la honte, les reproches faits à soi-même de ne pas avoir su réagir aux attaques, l’indifférence du monde enseignant, la perte progressive de confiance, la tentation de tout casser et, combien de fois ! l’envie d’en finir avec cette vie de souffrance. Mais, à côté de la rage qu’elle avait dissimulée « au fond de son cartable », Noémya cachait d'autres ressources qu’aucun harceleur n’était en mesure de détruire : son envie d'agir et son talent littéraire.



Avis :

Noémya échappe à un accident, sa tête a percuté le hayon d’un camion quand elle avait 7 ans, malgré un traumatisme crânien et une légère déviation de la mâchoire, c’est une petite fille pleine de joie et d’insouciance.
Dès l’entrée au collège, elle choisit de rester elle-même, un peu garçon manqué, passionnée de foot.
Par la décision de deux harceleuses et des suiveurs, sa vie basculera à tout jamais dans l’Enfer.
Elle ne gardera désormais pour les siens qu’un sourire de façade.

Faut-il rentrer dans un moule pour être accepté de tous ? La différence est-elle une faiblesse ? Les mots blessants sont-ils plus insignifiants que la violence physique ? Comment réagir quand l’un rejoint l’autre ? A-t-on le droit de vie ou de mort sur la première tête qui ne nous revient pas ?

Avec ce démarrage sur les chapeaux de roues, on se demande si l’auteur n’aurait pas préféré mourir lors de son accident.

Les premiers chapitres décrivent les agressions qu’elle a subies dans le silence et l’indifférence du corps enseignant par ses meneuses (enfants souvent en souffrance dont les parents s’intéressent peu) et leurs suiveurs (ceux qui rigolent et ceux qui se taisent sans aucune intervention pour essayer de limiter les dégâts), son inévitable chute scolaire, tout le cheminement pour sa reconstruction en commençant par l’estime et la confiance en aidant les nouvelles victimes et leurs familles, un message de pardon à sa mère qui n’a rien vu…
On y découvre des magnifiques poésies (utilisées pour des chansons de rap), des mails, des extraits de messages, forts et poignants de victimes et de leur entourage. Également des messages d’amours pour ceux qui n’ont pas réchappé à toutes ces tortures.

Je remercie vivement une amie très chère qui m’a prêté ce livre, car un de mes gnomes a été victime de harcèlement, donc le témoignage touchant de cet auteur m’a tout particulièrement émue.

Nous espérons avoir réussi à sauver notre enfant, mais restons d’autant plus vigilants. Depuis plus d’un an, d’après le corps enseignant le problème venait forcément de l’intimité familiale... Je ne sais pas si je dois rire ou pleurer de ces incompétents (en dehors de l’assistante sociale qui nous a rapidement convoqués, tout en minimisant et retournant la situation envers notre responsabilité de parents pour son intégration scolaire, car l’enfant se plaignait trop auprès des adultes) à qui j’ai confié mon enfant en toute confiance (je comprends qu’ils doivent réduire les incidents sur leur établissement, mais de là à mettre une vie en danger, mon incompréhension est totale). Un grand réseau social sur le net a du bon, mais également du mauvais, car j’ai lu publiquement un message haineux suivi d’insultes et de menaces, quelques intervenants plus matures ont tenté de calmer cette situation. J’ai été voir les messages privés de mon enfant, et là le choc a été violent, de l’agressivité et de la vulgarité depuis des mois et des mois, enfin mettre des visages sur le nom des harceleurs est important pour un parent, et désormais des preuves indéniables pour l’établissement scolaire voire même plus haut si cela s’avérait nécessaire (ces messages se composent et se vantent : insultes, menaces, tapettes, croche-pieds, crachats… je cherche encore le côté minime, certes c’est toujours mieux que le silence !).
Il a fallu que je me batte aussi bien pour un redoublement l’année précédente, que l’arrêt de cette souffrance venant d’une méchanceté gratuite.

Bien sûr, c’est avant tout aux parents d’éduquer leurs enfants dans le respect de chacun et où s’arrête la liberté de l’un pour la tranquillité de l’autre.

Toutefois, l’éducation nationale, vous devriez rajouter dans l’éducation civique lors de la tolérance et le droit à la différence des témoignages concrets, quitte à faire appel à des intervenants (chacun ses compétences), et surtout former convenablement tout votre personnel.

L’APHEE est la première association contre le harcèlement, elle a été créée en 2006 par un professeur de philosophie et un CPE (http://harcelement-entre-eleves.com).

Ce magnifique livre pédagogique et préventif devrait être en étude dès l’école primaire, afin d’éviter au maximum ce genre de débordement qui brise des vies et des familles chaque année !

Satrape


Roman : dès 9 ans
Éditions : Hachette Jeunesse
Collection : Témoignage
Date de parution : 15/01/2014
Page : 160
Prix : 11,90 euros
ISBN : 978-2012036376

9 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout mais le roman semble vraiment intense, je ne connaissais pas du tout mais merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mellliane <3 Il l'est d'autant plus si on est parent.

      Supprimer
  2. Voilà un bouquin que je compte bien mettre dans ma bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sincèrement, tu peux te jeter dessus, ce livre est un incontournable !

      Supprimer
    2. Oups, pardon, j'avais oublié, merci Elicia <3

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Merci Anne Sophie <3 Très bonne lecture !

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas ce livre mais le résumé et ton avis me tente beaucoup. Merci pour la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Nathalie <3 Désolée, je n'avais pas vu ton commentaire. Superbe compliment pour moi. Laisse-toi tenter !

      Supprimer